L’impact du style du leadership

Le leader incarne l’image de l’organisation et le leadership est l’élément indispensable dans une organisation. Cet article traite l’importance du style du leadership non pas seulement pour les organisations, les institutions, les entreprises dans la société moderne. L’article explique l’impact que peut avoir le style du leadership sur le fonctionnement administrative.

# Définition

A. Impact: l’impact est défini comme étant l’effet d’une force, d’une action, d’une conséquences, d’une marque, d’une influence.

B. Style : le style se défini comme :

– Manière particuliers d’exprimer ses pensées,
– Ensemble des caractères définissant une identité,
– Comportement habituel d’un individu

La Rousse définit le mot style comme étant : façon particulière que chacun exprime ses pensées, ses émotions, des sentiments

C. Leadership :

– le leadership est l’influence politique, psychologique, social qu’un individu ou un groupe d’individus a sur un autre groupe.
– c’est l’influence qu’a un individu appelé leader sur un groupe.
– Pour Peter Northouse, le leadership est le processus par lequel une personne influence un groupe des personnes pour atteindre un objectif commun.

Dès ces définitions nous pouvons dire que l’influence du leadership se mesure par son impact. Être leader est l’effet d’avoir cette capacité d’influencer, de marquer, d’impacter. Une personne qui se dit leader et qui ne produit aucun impact, n’influence pas n’est pas un leader. le leadership est d’abord dans l’âme. Influence l’âme du leader puis s’étant sur le groupe et l’environnement. Dag heward Mills, si tu es leader dans l’âme alors les autres te suivront.

L’impact du leadership est facteur du style du leader. Le style est premièrement inné, chaque personne naît avec un caractère propre à lui, qui lui permet de de distinguer parmi les êtres de la terre. Elle se manifeste par la manière de penser, d’exprimer ses émotions, ses sentiments et sa manière d’agir. Le style est aussi une forme de valeur fondamentale : d’éthique, d’une conviction, une doctrine, une culture. Ainsi, le leader a un style qui lui permet de se distinguer des autres leaders, de faire la différence entre son leadership et celui des autres. Un leader se distingue par sa manière de communiquer sa vision, sa philosophie, sa pensée et de conduire une organisation.

L’influence est l’élément essentiel dans le chef du leadership. Par elle, un individu obtient la capacité de conduire un groupe. L’influence est comprise comme étant une autorité, un pouvoir de contrôler parce que la personne du leader influe sur le groupe et l’environnement.

Le leadership doit être combiné avec la gestion administrative parce que le leadership gère le changement et la gestion gère la complexité. La gestion apporté l’ordre et la cohérence, elle apparaît avec l’émergence. La gestion doit permettre de garder la maîtrise de l’organisation afin de garantir l’équilibre et d’atteindre les objectifs. Plusieurs organismes et entreprises ont des managers, gestionnaires qui gèrent, coordonnent et organisent l’administration. Très peu d’entre eux ont cette capacité d’influencer. Très souvent les managers sont respectés et sont suivis à cause du pouvoir que leurs accords les statuts administratifs. Les membres de l’organisation ont besoin de repaire, d’un leader en qui, ils peuvent d’identifier. Le leadership est l’élément indispensable dans une organisation, car le leader incarne l’image de l’organisation.

Plusieurs personnes ont une perception sombre et décourageante de la vie, ils sont aigris, cynique et méfiant à cause de l’attitude dominante qui oriente leurs actions. Les dirigeants doivent avoir une perception noble, harmonieuse de la vie pour atteindre les objectifs, accomplir sa vision et réaliser la vision. Nous pouvons affirmer que la manière de voir les choses d’un leader détermine son attitude à l’égard de la vie et de sa vision. Le leader peut acquérir des bonnes attitude mentales, quand il prend conscience que rien d’extérieur peut le déranger et le nuire sans son consentement.

As-tu aimé l’article ? Ne garde pas pour toi seul, partage à tes proches.

Écrit par Eli le Zérahïque Wandja

Pour tout préoccupations ou questions, m’écrire sur:
elizerahwandja@gmail.com ou sur les réseaux sociaux (voir la page à propos)

Comprendre la différence entre coaching et mentoring

Actuellement, le coaching et le mentoring sont souvent mentionnés comme éléments-clés de la bonne pratique de renforcement des capacités. Plusieurs de ceux qui utilisent ces deux termes ne savent pas clairement ce qu’ils impliquent réellement, ni où et quand fonctionnent-ils.
Que fait un coach et un mentor ? Y a-t-il une différence significative entre les deux? D’où viennent les deux approches ? Quand sont-elles efficaces en tant qu’approches? Quand sont-elles sont-ils appropriées???

C’est à tout ce questionnement que nous tenterons de répondre à travers cet article.

Malgré la multitude des qu’on leurs propose le coaching et le mentoring suivent les mêmes principes et ont les mêmes définition bien qu’ils ont des rôles différents.

I. Définition

a. Coach : c’est un individu qui guide, conseille et encourage les autres tout au long de leur parcours.
Avec l’aide d’un coach, une personne peut être très performants. Le coaching est un élément essentiel du parcours d’apprentissage des personnes qui ont besoin de développer leurs compétences, leurs connaissances et leurs assurances. Si vous vous contentez de dire à une personne ce qu’il doit faire, il n’apprendra jamais rien.

Dites-moi — J’oublie
Montrez-moi — je me souviens
Impliquez-moi — Je comprends

Dans le domaine du sport, le coach est lui-même un sportif accompli. Il entraîne les joueurs, puis il les soutient et les encourages jusqu’au jour de la compétition. Le manager ou le leader devrait être en principe, jouer les rôles du coach dont les principales caractéristiques sont :

– le coach fixe les objectifs,
– le coach soutient et encourage,
– le coach fait passer le succès de l’équipe avant le succès des individus,
– le coach motive les membres de son groupe,
– le coach crée un environnement favorable au succès,
– le coach communique avec les membres de son équipe.

Un coach, c’est quelqu’un qui, fort de son expérience, dirige son équipe étape par étape tout au long de leurs parcours.

Il existe deux sortes de coaching :
° Coaching individuelle
° Coaching collectif

b. Mentor: celui qui sert de guide ou de conseiller à quelqu’un.
Le mentoring était pratiqué dans différents cultures. Le mentor est comparé à un sage ou un conseiller. Les écoles africaine pratiquaient le mentoring en ce que, quand un enfant naissait, tout le monde dans le village avait la responsabilité de l’éduquer. Mais il y avait toujours une personne, non membre de la famille, à qui l’on confiait le rôle spécial de faire grandir cet enfant pour qu’il atteigne les objectifs que la société assigne pour lui et pour développer sa vision propre pour l’avenir.

1. Caractéristiques d’un mentoring responsable :

– une approche structurée en tête-à-tête ou en société qui se concentre sur les besoins des participants encadrés.
– favorise les relations de sollicitude et de soutien.
– encourage les individus à développer leur plein potentiel.
– une stratégie visant à développer des partenariats communautaires actifs.

2. Rôle du mentor

– la première qualité du mentor est d’inspirer confiance
Outre ce rôle, il est aussi appelé à :
– Prodigue des conseils.
– Partage son expérience.
– ouvrir son carnet d’adresse à son mentoré.
– Aide son protégé à identifier ses forces et ses faiblesse s, à prendre la bonne décision, et si bien, le recadrer.
– aidé son protégé à se développer mieux et plus vite.

II. La différence entre coaching et mentorig

Cette seconde partie de l’article vous aidera à faire la différence entre coaching et mentorig.

Le coaching est principalement focalisé sur la performance dans le travail présent. Il vise le développement d’une compétence particulière visant une performance collective. Il est orienté vers les tâches, les compétences ciblées et limitées dans le temps.

Le mentoring vise les objectifs à long terme et le développement des capacités ou compétences individuelle pour la vie. Il est axé sur le développement personnel du mentoré de façon indéterminée. C’est une aide et un soutien apporté à quelqu’un pour qu’il apprenne à découvrir et à maximiser son potentiel, à développer ses propres compétences et à améliorer sa propre performance afin de devenir la personne qu’il veut être.

* Le coaching est concerné par les tâches visant le court terme, le mentoring a des implications à long terme.
* Le coaching met l’accent sur les compétences individuelle et la performance collective, le mentoring met l’accent sur le potentiel et la capacité individuel.
* Le coaching joue le rôle de gestionnaire, le mentoring joue le rôle de conseiller.
* Le coaching répond généralement au besoin à court terme, le mentoring répond à long terme, souvent à vie.

N.B: le coach ou le mentor est responsable de la qualité de l’enseignement et des méthodes qu’il donne, il n’est pas responsable du choix que fait le coaché ou le mentoré.

Maintenant vous êtes capable de faire la différence entre coaching et mentorig. N’oubliez pas que la connaissance élève l’autorité.

Écrit par Eli le Zérahïque Wandja

Source: Dr.lombo, leadership coaching and mentoring, LAU

Théorie du leadership

Le Leadership est la capacité d’un individu a d’influencer un groupe.
Cet article énonce quelques principes qui forme la théorie du Leadership ou la théorie du Zérahïque selon l’auteur.

a. Le leader

l’élément clef du Leadership est la personne du leader. Ce qui fait la force du leader est la confiance en soi ou la confiance qu’il a de sa propre personne. La confiance en soi vient de la connaissance que la personne a de lui-même.
La confiance en soi, c’est se faire confiance. Croire en soi-même, à sa capacité, à ses talents,… le leader doit croire en lui-même parce que le groupe aura difficile à suivre une personne qui ne croit pas en lui. Si le leader ne croit pas en lui, il aura difficile à faire confiance aux membres de son organisation.
l’état d’esprit du leader doit être pareil à l’état de celui qui n’a rien à craindre face aux événements et il doit avoir le caractère d’un homme sur qui on peut compter.
Son état d’esprit doit être exempté de trouble et d’agitation face aux événements, il doit rester serein, calme, paisible, tranquille et ne doit pas prendre des décisions dans le trouble et l’agitation. L’expérience prouve que les mauvaises décisions sont prises dans l’agitation et dans le trouble. L’un de facteur qui prouve qu’une personne se fait confiance est la sérénité.
La sérénité démontre un sentiment de sécurité que le leader à de lui-même. Le leader doit être calme, paisible, tranquille et avoir la paix intérieure. Avoir l’état d’esprit serein est une forme d’assurance, elle implique aussi d’avoir un mental fort et irréversible pour son imagination.
L’imagination est le puissant instrument qu’utilisent les leaders, les scientifiques, les artistes, les physiciens, les architectes et les mystiques. Quand le monde dit: c’est impossible, cela ne peut pas se faire, l’homme doté d’imagination répond <c’est fait>. Grâce à l’imagination, le leader peut sonder les profondeurs de la réalité et révéler les secrets de la nature. Cela signifie qu’il a une vision et un idéal dans la pensée. Les images mentales que nous entretenons se manifestent par le sentiment. Il est sage d’affirmer que tous nos sens sont des modifications de sens appelé <sentiment>.
Thomas, un spécialiste des sciences psychique à fit: le sentiment est la loi, la loi est le sentiment. Le sentiment est la source du pouvoir. Nous devons investir de sentiment nos images mentales afin d’obtenir des résultats.
Un leader a un rêve, un idéal, un projet ou un but qu’il souhaite réaliser. Peut-être d’autres pensées surgissent-elles dans son esprit, méprisant ses plans et son ambition. La façon de gérer cette opposition consiste à détacher votre attention des signes transmis par vos sens et de l’aspect extérieur des choses pour vous appliquer à penser à votre but avec clarté et intérêt. Lorsque votre esprit est consacré sur votre but, la lutte prends fin. Élevez votre idéal, engagez-vous à lui sans restriction, accordez-lui votre attention, votre amour et dévouement ainsi, toutes les pensées effrayantes se soumettront à votre état d’esprit.
Grâce à votre faculté d’imaginer le résultat final, vous avez le contrôle de toutes les circonstances et conditions. Si vous voulez favoriser la réalisation d’un souhait, d’un désir ou d’une idée, créez dans votre esprit une image de résultat, C’est ainsi que vous atteindrez votre objectif. Un architecte imagine son plan, son projet et le conçoit dans son esprit après elle se réalise. Le leader est l’architecte de sa vision.

b. Vision

Le Leadership marche avec une vision. La vision est une source, elle est la force motrice qui donne la capacité à un individu d’influencer et de soumettre la volonté du groupe à exécuter sa volonté. De la vision vient la notion du pouvoir et de l’autorité.
La vision est définie comme étant la capacité de voir ou de percevoir l’avenir. De cette perception découlent les objectifs. Pour réaliser la vision, le leader doit se fixer des objectifs et il ne peut atteindre seul ces objectifs, ni réaliser seul la vision. Il a besoin d’influencer un groupe d’individus. Le leader a l’obligation de faire aimer et d’inculquer à son groupe ou aux personnes qui les suivent à sa vision parce que ces individus adhérents premièrement à la vision qui est aussi une forme d’idéologie du Leader. D’où nous pouvons dire et affirmer que la vision, c’est l’état d’esprit d’une organisation.
L’expérience prouve que plusieurs personnes sont prêtes à mourir et d’autres personnes sont morts pour une vision, pour l’idéologie du Leader qu’ils ont inculqué cela et c’est leur état d’esprit. Que l’idéologie soit bonne ou mauvaise. Ainsi même après la mort du Leader, l’organisation peut ou ne pas changer de nom de la vision et celle-ci demeure, ceux qui sont fidèles travaillent et luttent pour la réaliser. Les individus adhérents à la vision, à l’idéologie qui tourne autour de la vision puis, ils s’attachent au Leader avec le temps plusieurs ont accepté de renoncer à des opportunités, aux privilèges et faveurs pour adhérer à une vision. <Le leader est la première personne qui adhère à sa propre vision et il doit faire des sacrifices. Il doit croire et être fidèle à sa vision parce qu’il est l’image qui incarne la vision>. On ne peut conduire un groupe sans croire à sa propre vision sinon il serait comparable à aveugle qui conduit un groupe d’aveugle. Ainsi, les membres de l’organisation suivront l’exemple.

c.Le temps de recueillement

Pour être plus efficace et plus influent, le leader doit comprendre l’importance du temps de recueillement. Le temps de recueillement est compris comme étant des moments des méditations, des concentrations profondes où le leader élève sa connaissance. La connaissance élève l’autorité, elle éclaire l’âme du Leader par le moyen de la lecture. Ainsi, il aura plus d’impact.
Le temps de recueillement est une source pour le Leadership influent. Tous les leaders influents et puissants ont des moments des méditations parce qu’ils ont compris le secret. La plupart d’entre eux ont trouvé leurs styles dans leurs recueillements.

d. Groupe

Dans le groupe, il y a une notion connue sous le nom de l’esprit du groupe et celui qui contrôle l’esprit du groupe est leader. L’esprit du groupe n’est rien d’autre que le message, la pensée, l’idéologie ou la vision qui véhicule et qui conduit le groupe. L’esprit du groupe n’est rien d’autre que l’état d’esprit du groupe ou l’esprit qui conduit le groupe.
Le leader est comparable à un berger parce qu’il est le berger. Le berger est un guide et le leader doit guider l’organisation jusqu’à la réalisation des objectifs.
Nous préférons utiliser le mot <berger> parce qu’un berger est le genre spécifique qui a du temps pour prendre soin de l’organisation et de ses membres.
Parce que le groupe est avant tout une organisation, elle doit avoir:
– une valeur fondamentale et la défendre
– un règlement d’ordre intérieur
– l’unité de l’équipe
– une hiérarchie: l’organigramme
– la division de travail
– faire passer l’intérêt du groupe avant l’intérêt personnel
– la loyauté et une culture d’allégeance

Pour faire quoi que ce soit dans la vie, il faut être convaincu du fond du cœur, s’engager dans une équipe nécessite une persuasion totale. Quelqu’un d’inexperimenté aurait tendance à penser que plus on est doué, plus on est apte. L’expérience apprend que ce sont les personnes fidèles et loyales qui sont les plus qualifiées pour diriger.
Une personne déloyale provoque la discorde, la haine, les murmures. Ces sentiments déloyaux sont semblables à de la fumée qui envahit une maison. La seule manière de s’en débarrasser, c’est d’éteindre le feu.

Écrit par Eli le Zérahïque Wandja

Cet article est une partie de mon travail de mémoire. l’impact du style du Leadership sur la gestion administrative: cas de GENI. Leadership Academia University