Denis Kinkela, le jeune courtier

lezerahique.com: Qui est Denis kinkela ?

Denis Kinkela: Denis kinkela Matondo, un jeune entrepreneur et un agent marketing indépendant, j’ai fait mes études primaires au collège et j’ai obtenu mon diplôme d’État en électricité générale.

lezerahique.com: D’où vous est venu l’idée d’être courtier et pourquoi avez-vous choisi cette profession ?

DK: j’ai eu l’idée de devenir courtier m’est venue lorsque je travaillais sur le compte d’une sœur à laquelle on avait beaucoup d’articles téléphonique à vendre. Après notre séparation, j’avais un bon carnet d’adresse et j’ai eu l’idée de devenir courtier parce qu’un n courtier est celui qui met deux personnes en relation. je m’explique par un exemple pour une bonne compréhension de ma profession : un ami cherche un téléphone et je connais une boutique ou un individu qui vend le téléphone donc mon rôle serait de leur mettre en relation.
Je ne l’ai pas choisi mais c’est un cadeau de Dieu le Père qui m’a offert. Lorsque j’ai démarré, je me suis accroché à progresser. J’ai toujours cette voix qui me dit chaque jour d’être honnête dans la vie.

lezerahique.com: Pouvez-vous éclairer l’opinion public sur ce domaine et quelles sont les difficultés ?

DK: Plusieurs craignent ce domaine par peur du rejet car ce n’est pas tout le monde qui accepte facilement le produit ou marché que tu lui proposes. C’est un domaine très difficile car tu croises les personnes des différents mentalités. Les difficultés, il y en a beaucoup comme dans tous les domaines de la vie et c’est un domaine très stressant.

lezerahique.com: Quelle relation entretenez-vous avec votre équipe ?

DK: J’entretiens une relation amicale et familiale. Mon équipe est ma famille.

lezerahique.com: Quelle est votre passion à part la danse?

DK: j’aime la nourriture.

Contactez DK(Denis kinkela) courtage sur:
Facebook : DKcourtage market digital
Instagram : DKcourtage market digital
Whatsapp: +243 824416058

Écrit par Eli le Zérahïque Wandja

M’ écrire sur:
e-mail : elizerahwandja@gmail.com
Whatsapp : +243 810546684

Vicdi Mukoma, un jeune talent à découvrir

lezerahique.com: Pouvez-vous faire une description de vous ?

Vicdi Mukoma: je suis Vicdi Mukoma, âgé de 22ans. Présentement j’ai fait mes études d’art à l’Académie des Beaux-Arts de Kinshasa. je suis un illustrateur accompli (bande dessinée, portrait, couverture, création de scène et personnages…), un dresseur et éducateur canin, un motard( plus comme passion que métier) et mon métier le plus rémunérateur est l’art, l’illustration.

lezerahique.com: Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

VM: je l’ai simplement choisi! Il est pratiquement inné chez moi, j’ai commencé à dessiner dès l’âge de 8 ans en quatrième primaire et depuis ce jour, je dessine tous les jours de la vie, je n’ai fréquenté l’Académie de Beaux-Arts qu’à l’Université et déjà là, j’avais tous les rouages du dessin.. Design rapide, illustration, composition. Ensuite je n’ai eu qu’à me perfectionner avec la pratique et les défis qui m’étaient jusque là inconnus.

lezerahique.com : Quelle est votre source d’inspiration et as-tu un modèle ?

VM: Ma source d’inspiration et mon modèle. Je dirais que j’y ai vraiment pris goût parce que mes frères sont passé par l’Académie et l’Institut des Beaux-Arts bien avant moi. Je les voyais travailler leurs TP à domicile et j’ai beaucoup appris en observant, en les écoutant. Aujourd’hui je me suis démarqué dans mon style bien que j’ai fait comme eux pour apprendre les bases.

lezerahique.com : Avez-vous une autre passion ?

VM: j’ai plusieurs passions à côté : la moto, les chiens, l’informatique, le bricolage, le Riad trip, la mécanique, le sport et plein d’autres choses encore.

Mes œuvres

lezerahique.com : comment peut-on vous contacter ?

VM: Voici mes coordonnées :
Tél : +243 851701034
email : Mundovicdi23@gmail.com
Facebook : Vicdi Mukoma
Instagram : Gross_Pointure

Jonathan Diyoka promet de poursuivre l’ONEM en justice

RDC: après le combat de la démocratie et de l’alternance qui est déjà rendu effectif, aujourd’hui le social reste en crise est le chantier de l’emploi semble attirer l’attention d’aucun politicien de la République démocratique du Congo. Suite à ce constat amère , sachant que la constitution dans son article 36 garantie l’emploi a toute la population, plusieurs jeunes se sont réunis autour d’une initiative, le mouvement de sans emplois pour revendiquer ensemble. Au cours d’un échange avec les responsables de l’office nationale de l’emploi, ONEM, Jonathan Diyoka du mouvement de sans emplois, promet d’ouvrir une action en justice contre l’état congolais qui ne respecte pas l’article 36 de la constitution et aussi contre l’onem qui selon lui détourne les fonds d’indemnisations des chômeurs.

Jonathan Diyoka: quand l’état avait mis en place cette institution, il avait doté d’une mission, il est clairement dit que l’ONEM met en œuvre les régimes d’assurance-chômage, d’interruption de carrière et de crédit-temps. Il agit sur 6 domaine:
– La prévention
– L’indemnisation
– La réinsertion
– La conciliation entre vie privée et vie professionnelle
– L’information et
– Le contrôle .
Tout le monde serait d’accord avec moi de dire que l’ONEM n’accomplit pas sa mission et ça depuis sa création, pourtant il est doté de 0,5% de salaire de tout les congolais pour son fonctionnement et dans ce 0,5% un quota important devrait être alloué à l’indemnisation des chômeurs , jusqu’à aujourd’hui pas un seul chômeur ou sans emploi de RDC n’a été indemnisé par l’ONEM d’où pour le respect des droits j’ai pris, accompagné de plusieurs camarade, l’initiative d’ouvrir une actions en justice, poursuivant l’ONEM de mauvaise gestion des biens publics et de détournement de fonds. Car il n’ont pas respecté la constitution dans son article 36 alinéa 2, qui devait en principe instrumentalisé la mission de l’ONEM.